Le guide Michelin 2018

Le lancement du guide Michelin est associé depuis quelques années à Horeca Expo, le plus grand événement culinaire de l’année. Il n’en est pas différemment cette année.

Le guide a présenté en premier lieu 2 prix hors catégorie. Ainsi, la lady-chef de l’année est Kathleen Vaderbeke du restaurant Terminus (à Watou). Pour la petite histoire, le restaurant avait reçu le prix de la meilleure carte de vin la semaine précédente, offert par le guide Gault Millau. Le prix du jeune chef de l’année est attribué à Jo Grootaers, 26 jaar, van restaurant Altermezzo (nommé Intermezzo quand le chef était appelé au podium pour recevoir son prix).

Ensuite, Jean-Pierre Bruneau était appelé et fut remercié pour sa magnifique carrière de 42 ans – dont 15 ans 3 étoiles – qui s’arrête le 22 janvier. On ne soulignera jamais assez l’importance de Bruneau. Il a réellement formé nombre de chefs talentueux à une réelle école. D’expérience, je vis régulièrement cette école et la camaraderie des chefs sortis du restaurant de Koekelbergh.

Le CEO du guide Michelin indique 2-3 nouvelles tendances globales: l’utilisation de produits locaux, de jeunes chefs motivés, la création de petites entités. Cette dernière était déjà relevé la semaine passée quand Chambre séparée – 16 couverts – fut loué.

Les nouveaux étoilés
  • Bert-Jan Michielsens (The Butcher’s Son, Anvers),
  • Frédéric Chabbert (Dôme, Anvers),
  • Jimmy Collodoro & Jean-Marie Bucumi (Racine, Braine-le-Château),
  • Geert Van Hecke (Zet’Joe, Bruges, rentré la semaine passée aussi dans le Gault-Millau avec 17,5 sur 20),
  • Maxime Maziers permet à l’Ecailler du Palais Royal de regagner son étoile (Bruxelles),
  • Kobe Desramaults (Chambre Séparée, Gand),
  • Marcelo Ballardin (Oak, Gand),
  • Luc Bellings regagne une des étoiles rendues cet été (Aan tafel bij Luc Bellings, Hasselt),
  • Mattias Maertens – une peu tombé des nues – (M-Bistro, Nieuport),
  • Anthony Snoeck (Carcasse – le restaurant associé au boucher Dierendonck -, St-Idesbald),
  • Timothy Goffin (Goffin, Sint-Kruis),
  • Thomas Locus regagne lui aussi l’étoile qu’il avait rendu quand il a voulu commencer plus petit (Brasserie Julie, St-Martens Bodegem),
  • Jo Grootaers – aussi nommé jeune chef de l’année (Altermezzo, Tongeren),
Les nouveaux deux étoilés

Michelin souligne d’abord le caractère tout à fait remarquable du **. Dans le monde entier, il n’y en a que 400!
Que trois restaurants passent d’une à trois étoiles est exceptionnel. Pour rappel, l’année passée aucun nouveau restaurant n’avait obtenu de 2ième étoile.

  • Michaël Vrijmoed (Vrijmoed, Gand),
  • Ralf Berendsen (La Source, Neerharen),
  • Tim Boury (Boury, Roeselare) dont j’ai beaucoup aimé le discours, soulignant le travail d’une équipe entière
En conclusion

Quel palmares! Nous sommes gâtés, même si beaucoup d’étoiles ont été remis aux chefs qui ont rendu leurs étoiles pour se lancer dans une nouvelle aventure. Néanmoins, voyons cela positivement: Michelin suit de près cette tendance du plus petit, plus jeune, plus pointu! Le guide culinaire le plus influent de la planète a cette année récompensé ces chefs qui se redéfinissent (sous une certaine contrainte économique) sans pour autant compromettre la qualité gastronomique.

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *