30 Mio d’EUR par hectare

30 Mio d’EUR par hectare. Voilà le prix faramineux qu’Artemis a posé sur la table pour reprendre le Clos de Tart. Le Clos de Tart est un Grand Cru bourguignon, dans la commune de Morey-Saint-Denis. Ce Grand Cru est un monopole, ce qui signifie que toutes les vignes sont détenues par un seul domaine. Cette commune ne produit que du vin rouge, issu du seul cépage Pinot Noir.

MOREY SAINT-DENIS

Morey-Saint-Denis est, avec ses 100 hectares produits un des plus petits villages de la Côte de Nuits. Il est limitrophe à 2 voisins prestigieux: Gevrey-Chambertin au Nord et Chambolle-Musigny au Sud. De sérieux travaux ont été entrepris par les vignerons de la commune et depuis quelques années, la qualité s’installe petit à petit au même niveau que les voisins prestigieux.

75% de la production est réalisée en 21 parcelles classées Premier Cru. La commune connaît 5 Grand Cru, dont le Clos de Tart. Ce dernier ainsi que le Clos-Saint-Denis sont d’anciens clos tenus par des abbayes. Les 3 autres Grands Crus sont le Clos des Lambrays, le Clos de la Roche et (une toute petite partie de) Bonnes Mares, partagé avec la commune de Chambolle.

ARTEMIS, QUATRIEME PROPRIETAIRE DU CLOS-DE-TART

Le Clos de Tart est loin d’être le premier investissement dans le vin d’Artemis. La société, propriété de François Pinault, possède déjà Château Latour à Pauillac et avait racheté le Domaine de Eugénie à Vosne-Romanée en 2006. Petit anecdote: en s’offrant Clos de Tart, François Pinault a acheté un domaine à côté du Clos des Lambrays, dont le domaine éponyme est propriété de LVMH. Le patron d’LVMH? Bernard Arnault, grand rival de François Pinault…

Le Clos de Tart n’a changé que très peu de main en 900 ans d’histoire. Le vignoble a été créé par les soeurs de l’abbaye de Tart en 1141. Il est passé dans le mains de la famille Marey-Mange en 1791, quand la révolution a confisqué les propriétés de l’église. Les Mommessin sont devenus propriétaires 1932 siècle… jusqu’à la semaine passée.

Le superficie du domaine fait 7,5 hectares. La rumeur veut que Pinault ait proposé un prix entre 200 et 250 Mio d’EUR afin de dépasser l’offre de Roederer

Votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *